Notre histoire

L'élément déclencheur

La passion pour les mouvements, bien exécutés, de surcroît, a toujours été une obsession, depuis mon enfance.

Je ne me destinais pas nécessairement dans le domaine dans lequel j'évolue depuis plus de 10 ans. Bien que très actif, je m'orientais dans un tout autre domaine, avec des études en sciences économiques et science politique, jusqu'à cejour qui transformama vie.

Je revenais du Championnat Panaméricain Junior en karaté où je représentais le Canada. Fort d'une performance de haut niveau, j'ai commencé à ressentir, à l'entraînement, une drôle de sensation sur le côté latéral de mon genou droit.

Au fur et à mesure des jours, cette sensation s'est mise à augmenter, devenant constante et limitante. Je peinais à faire de simples mouvements. De plus, je devais compétitionner prochainement pour reprendre ma place sur l'Équipe du Québec en karaté.

Ne reculant devant rien, je participai à cette compétition, non sans peine excessive. Ce fut horrible. Peu de mots peuvent décrire l'ensemble des sensations physiques et mentales d'une telle limitation. Moi, qui venais de performer à un haut niveau à l'international, j'allais devoir me résoudre à peiner à me qualifier pour l'équipe provinciale. 

Les péripéties

Proactif, j'allai rapidement consulter un Physiothérapeute. Après un mois de séances intensives, j'avais cette impression que nous allions nulle part et que le spécialiste devant moi n'avait aucune idée où aller non plus.

Sous recommandation d'un membre de ma famille, j'allai rencontrer un médecin sportif afinde pousser l'évaluation de ma situation. Ce dernier me fit faire pratiquement les mêmes tests, j'avais bien observé ces derniers, lorsqu'exécuté par le Physiothérapeute précédent. Il arrivaà la conclusion qu'aucun diagnostic ne s'appliquait à ma situation. Il était désolé.

À l'âge de 19 ans, sentir soudainement que son monde s'effondre progressivement alors que l'objectif ultime était si près, soit de participer à un Championnat du monde, en raison de mes performances de l'année précédente, j'étais en bonne posture pour y arriver, est horrible.

Il n'était pas question d'arrêter, toutefois, et de trouver une solution à ma situation. Entre temps, il m'était pratiquement impossible de m'entraîner sans souffrir de manière intensive. 

J'allai donc rencontrer un autre médecin sportif, qui sembla pointer du doigt un groupe musculaire. Le tout était encore vague. Je poursuivis donc, sous sa recommandation, avec un autre Physiothérapeute, qui parvient à alléger certaines souffrances, mais sans changer la problématique à sa source.

Après quelques mois de démarches, un bon matin, je me réveillai excessivement fâché de la situation et je décidai que cela en était assez.

Je mis par écrit la démarche que je venais de vivre et réalisa un point en commun: tous les professionnels effectuaient les mêmes protocoles de tests et en arrivaient aux mêmes conclusions. Normal!

Visiblement, les protocoles de tests utilisés étaient problématiques, puisqu'ils ne donnaient pas la pleine mesure de ma situation. J'allai également rencontrer d'autres spécialistes, à l'Université Laval, à Québec, à l'Université de Montréal, et dans différentes cliniques de Montréal et de la Rive-Sud de Montréal. 

Lors du Championnat Pan-Américain Junior à Curaçao (avant-dernier première rangée)

Septembre 2006

Lors de l'Open de Paris (premier  droite deuxième rangée)

Janvier 2006

Je pratique le karaté depuis l'âge de 5 ans

Août 1997

J'ai participé à des centaines de compétition sur le circuit de la WKF (reconnu par le CIO)

Novembre 2008

Le combat

Tout près d'un an venait de s'écouler entre le début de mes limitations et mes démarches infructueuses. Je venais également de rater ma qualification pour l'Équipe nationale en subissant une humiliante défaite en première round au championnat canadien, ce qui ne m'était jamais arrivé dans ma carrière.

Malheureusement, cela sonnait le glas à mesespoirs d'aller au Championnat du monde en karaté, sport pour lequel j'avais mis tant de temps et d'efforts depuis l'âge de 5 ans. Toutefois, sans m'en douter, cela donnerait l'envol aux premiers balbutiements du Centre Bouger Mieux. 

Désormais, je trouverais les réponses à ce qui cause mes limitations et j'améliorerais ma qualité de vie.  

Assez, c'est assez. 

Mettre en contexte

Je me mis à éplucher des documents scientifiques, à lire des milliers de pages d'auteurs différents et progressivement à me faire un chemin dansla compréhension d'une problématique musculo-squelettique. 

Ce que je compris initialement fut fort révélateur dans mon cas. La mise en contexte changeait tout de la compréhension d'une problématique. Je réalisai qu'il était nécessaire d'observer une problématique conformément à sa mise en contexte.

Par exemple, s'agit-il d'un accident, d'un trauma ou d'un incident? Si non, cela est lié aux fonctions de l'individu. C'est pour cela que la cause n'est pas aussi apparente, en quelque sorte.

Je me mis donc à m'observer et à reconnecter avec mon corps pour valider ce qui se déroulait pendant différents mouvements. Un bon matin (la nuit porte toujours conseil!), en regardant mes pieds, je me souvenu que près de 8 mois avant mes symptômes, je m'étais fracturé des os du pied droit. 

Isoler pour mieux intégrer

Aucun professionnel rencontré n'avait cherché à valider mon historique. Pour moi, cet événement était si lointain, que le lien ne se faisait pas. C'est plutôt là que résidait la clé de l'amélioration de ma situation. 

En observant comment je bougeais, je réalisais que peu d'articulations bougeaient sur l'ensemble de mon corps. J'étais un expert dans la compensation, même si je pouvais exhiber une excellente flexibilité, relativement à la population en générale, je n'avais aucune idée comment bouger mieux.

Mon obsession afin d'améliorer ma situation, se transforma en obsession pour l'amélioration de tous les mouvements du corps. Je cessai donc mes études à la maîtrise en Sciences économiques, pour effectuer des dizaines de formations dans le domaine de l'anatomie, de l'entraînement, de la physiologie et de la biomécanique.

Mon parcours académique

De nature intellectuelle, je n'ai pas hésité à investir, de manière considérable, temps et argent, afin d'en apprendre toujours davantage. À ce moment, ma mission est devenue de m'aider, pour mieux aider les autres. Il n'était pas question que je sois le témoin d'autres gens qui souffriraient sans solution.

Ma motivation pour ce domaine, en plus de mon désir sans borne à contribuer à une meilleure qualité de vie des gens qui requièrent de mes services, m'a amené à étudier à de nombreux endroits en Amérique du nord. J'ai notamment effectué de la dissection sur cadavres, en plus de côtoyer des experts de renommée internationale, dans le domaine de la réhabilitation et de la performance physique, tels que Thomas Myers, Dr. Micheal Clark, Dr. Andreo Spina, Dr Micheal Chivers, Dr. Erik Dalton, Mike Boyle, Dr. Charlie Weingroff, pour ne nommer que ces derniers.

Formations

  • Bachelier ès Arts (B.A), Université Laval (Québec)
  • Master of Exercise Science:Performance Enhancement and Injury Prevention,
  • California University of Pennsylvania (USA)
  • Massothérapie, Institut Kiné-Concept (Montréal)
  • Myoskeletal Alignment Technique™ (USA)
  • Fascial release techniques, Kinesis (USA).
  • Opening the breath and shoulders, Kinesis (USA)
  • Balancing the feet and legs, Kinesis (USA)
  • Integrating the spine, Kinesis (USA)
  • Shoulder stability, Kinesis (USA)
  • Freeing the hips, Kinesis (USA)
  • Instrument Assisted Soft Tissue Mobilization Technique (IASTM), AdvancedCEU, (USA)
  • Dissection «Tronc et cou» sur cadavres, Université du Québec à Trois-Rivières (Trois-Rivières)
  • Anatomy Trains Fascial Dissection, Kinesis (USA)
  • Certified Speed Specialist, National Association of Speed and Explosion (USA)
  • International Certified Personal Trainer, National Academy Of Sports Medicine (USA)
  • Certified Personal Trainer, National Academy Of Sports Medicine (USA)
  • Corrective Exercise Specialist, National Academy Of Sports Medicine (USA)
  • Functional Movement Screen Level 1, Functional Movement Systems (USA)
  • Functional Movement Screen Level 2, Functional Movement Systems (USA)
  • Functional Range Conditionning, Functional Anatomy Seminars (CAN)
  • Functional Range Release- Upper Limb, Functional Anatomy Seminars (CAN)
  • Precision Nutrition Level 1 (USA)

Le Centre Bouger Mieux 1.0

La première émule du Centre Bouger Mieux s'est mise en place dans la ville de Cornwall, en Ontario, de juillet 2011 à juin 2013.

J'ai eu l'opportunité de contribuerà la mise en place d'un nouveau concept situé au Centre Nav, à Cornwall.  En tant que sous-contractant, j'ai mis en place les premiers jalons du Centre Bouger Mieux en accompagnant des centaines de gens de la région. Très rapidement, je me suis mis à obtenir des références de Médecins, Physiothérapeutes et Chiropracticiens des environs. Des gens que je n'avais jamais même rencontré se sont mis à parler des résultats observés avec des patients et à leur suggérer de me rencontrer.

Résolument axé autour de l'entraînement correctif, j'ai constaté toutefois que je pourrais accélérer l'amélioration des différentes problématiques, en effectuant de la thérapie manuelle. Également, mon besoin d'autonomie posait des problèmes au sein de l'organisation dans laquelle je collaborais - il était mieux dans ce cas, pour ma part, de voler de mes propres ailes. 

Le Centre Bouger Mieux 2.0

Au mois d'août 2012, je débutai ma formation de base en Massothérapie, à Montréal. Mon objectif était d'obtenir ces éléments de base afin de poursuivre ma formation en thérapie manuelle, auprès de nombreux spécialistes de ce domaine, aux États-Unis.

Au même temps, je tentai de collaborer avec une clinique de chiropractie de la région de Vaudreuil-Dorion ; je me rendis toutefois rapidement compte que je n'accepterai pas de collaborer à un environnement qui ne chercherait pas à travailler la cause d'une problématique, de manière progressive et résolument axée à rendre les individus plus autonomes. Je décidai donc d'ouvrir le Centre Bouger Mieux sur l'avenue Saint-Charles, à Vaudreuil-Dorion, au mois de novembre 2012. 

Au départ, j'offrais des entraînements correctifs selon les principes et connaissances que je disposais à ce moment. Je débutai également des séances de thérapie manuelle, tout en poursuivant de nombreuses formations continues. 

Dès le mois de juin 2013, ce fut une réelle explosion quant à la demande pour les services que j'offrais, notamment pour ce qui est de la Massothérapie-CorrectiveMC. 

Cela ne fut pas toujours évident, j'ai eu à rencontrer des cas très problématiques, des cas où les gens ne respectaient pas les recommandations que j'effectuais, et d'autres où j'observais mal ce qui se déroulait. Dans chacun des cas, j'ai minutieusement compilé ce qui c'était déroulé et les résultats. Je poursuivis l'amélioration de mes capacités à observer, mes formations continues, en plus de contribuer à améliorer la qualité de vie des gens qui venaient à ma rencontre. Encore aujourd'hui, des gens de la première heure me réfèrent des individus ayant des limitations physiques. 

L'accroissement de la demande pour mes services m'obligea à inclure des employés. Quelques mois après la première employée, le Centre de Vaudreuil comptait 9 employés. J'y ai même ouvert une autre succursale, à Brossard, cette fois, à l'automne 2016. 

Jusqu'à en avoir assez.

Assez du combat que je menais pour une façon de faire différente et, des employés, malgré des centaines d'heures de formations, qui faisaient fi et ne s'en tenaient qu'à leurs enseignements académiques, qui ne donnaient pas des résultats et dont les gens fuyaient. 

J'ai dû prendre une décision importante et aux conséquences lourdes: poursuivre et trahir ce qui me définissait ou tout arrêter et redresser le tout.

J'ai décidé de réduire les employés et de fermer la succursale de Brossard.

J'ai été plusieurs mois à avoir de la difficulté à me lever le matin ; épuisé, découragé et perdu. 

Je n'avais pas perdu mon goût d'aider les autres, j'avais par contre perdu un équilibre de vie. 

C'est ce qui mène au Centre Bouger Mieux 3.0. 

Le Centre Bouger Mieux 3.0

Après avoir connu une rapide montée en flèche de la demande pour les services du Centre Bouger Mieux à Vaudreuil-Dorion, j'ai décidé d'effectuer une rétrospection et fut motivé par le désir de revenir à l'essentiel.

Le Centre Bouger Mieux 3.0, c'est donc un inévitable retour à l'essence même du désir initial: faire de ce monde, un monde meilleur, par ma contribution en vue d'améliorer la qualité de vie de celles et ceux qui désirent vivre mieux.

Mes péripéties entrepreneuriales m'ont montré que l'essentiel, n'est pas de servir le plus de gens dans une journée, mais d'être excellent à chacune de ces séances, de s'adapter au besoin spécifique et surtout, d'offrir une efficacité dans la démarche à faire avec la personne.

Pour en savoir davantage, lisez sur nos valeurs, notre mission et notre vision, en cliquant ici.

Le branding initial sous l'appelation Centre d'entraînement privé Alexandre Bérubé

Décembre 2012

Toujours situé dans cette magnifique maison ancestrale sur l'avenue Saint-Charles à Vaudreuil-Dorion

Décembre 2012

Vue de l'intérieur au début du Centre Bouger Mieux

Décembre 2012

Vue de l'intérieur au début du Centre Bouger Mieux

Décembre 2012

Vue de l'intérieur au début du Centre Bouger Mieux

Décembre 2012

Formation à Philadelphie

Juillet 2015

Lancement du nouveau logo

Août 2015

Lors de ma graduation de maîtrise à la California University of Pennsylvania, avec une moyenne de 3.98 sur 4.

Décembre 2015

Formation sur la dissection sur cadavres en Arizona

Janvier 2016
Inflammation Épaule gauche

L'utilisation de technologies a toujours été partie prenante du Centre Bouger Mieux

Décembre 2017
Alexandre Bérubé Massothérapie-Corrective MC

Contribuer à faire de ce monde, un monde meilleur, une personne à la fois. 

Janvier 2018

Bouger mieux m'a permis de faire plus et de vivre mieux. J'applique quotidiennement ce que je propose.

Juillet 2018