La réponse à une blessure: l'Inflammation

Un processus normal

À la suite d'une blessure, un processus lié à l'inflammation s'enclenche en vue de favoriser la guérison et le retour normal aux fonctions.

Lorsque survient une blessure, le corps démarre un processus inflammatoire. Cette réponse est immédiate au trauma qu'il vient de subir. Que cette situation soit le fruit d'un incident ou d'une chirurgie, par exemple, l'excès de stress mécanique favorisera cette manifestation.

Un stress mécanique est défini comme étant une force appliquée à l'endroit des cellules du corps humain.

Des signes évidents et souhaitables

Dès les premiers instants du processus inflammatoire, celui-ci engendrera un excès de chaleur, d’œdème, de rougeur et de diminution des mouvements.

Ce processus est souhaitable en vue de favoriser la guérison. Sans inflammation, la réparation des tissus endommagés ne se produirait pas. Ainsi, le besoin d'appliquer des mesures anti-inflammatoires apparaît comme étant improductives et surtout, semble favoriser le ralentissement du processus de guérison. En outre, celles-ci favorisent un état d'effort qui soit supérieur aux capacités actuelles des tissus à subir des stress.

Autrement dit, une personne sous l'effet d'anti-inflammatoires pourrait faire des activités pour lesquelles son corps n'est pas prêt, favorisant ainsi une recrudescence du processus d'inflammation entamée et une accentutation dans la diminution des fonctions articulaires, musculaires, ligamentaires et tendineuses à long terme.

La reconstruction

Le processus inflammatoire, tel que précédemment mentionné, est essentiel à la guérison. C'est ainsi que la cascade d'événements suivants une blessure favorise l'expression d'entités qui visent à remodeler les tissus du corps humain.

Au départ, l'inflammation est favorisée par des médiateurs pro-inflammatoires, désignée comme des Cytokines. Celles-ci peuvent également agir comme anti-inflammatoires. Ces petites protéines sont issues des cellules immunitaires, des fibroblastes et cellules de Schawnn.

La restauration des tissus est favorisée par l'activation des myofibroblastes, qui sont des fibroblastes en dormance et qui acquièrent des propriétés contractiles lors du processus inflammatoire. Ces dernières permettent la construction d’échafauds architecturaux en synthétisant la matrice extracellulaire (ECM) ainsi que différents types de collagènes.

Essentiellement, le but est de restaurer la zone traumatisée en développant une forme de cicatrice au niveau cellulaire. Ces couches renouvelées d'éléments peuvent toutefois subir une trop grande régénération ; en excès, cela produit ce que nous appelons communément une cicatrisation excessive ou autrement appelée adhérences.

Cette régénération est inadéquate lorsqu'elle favorise la production et le développement d'adhérences, en réduisant entre autres la pliabilité (souplesse) des tissus et leurs mouvements entre les différentes couches tissulaires. Incidemment, cela limitera la capacité d'un individu à bouger librement en plus de ressentir de la douleur.

Une régénération inadéquate des tissus liés à l'inflammation favorise la formation d'adhérences

Celles-ci limiteront les mouvements entre les couches tissulaires, favorisant des spasmes musculaires et une perte de contrôle neuromusculaire. De plus, cela favorise la diminution des amplitudes articulaires et accroître le potentiel de douleur chronique.

Inflammation Épaule gauche
Processus inflammatoire 

La coloration blanche démontre une augmentation localisée de la chaleur, signe d'un processus inflammatoire en cours au niveau de l'articulation de l'épaule gauche.

Absence Inflammation Épaule droite
Absence de processus inflammatoire

En comparaison avec l'image précédente, au niveau de l'épaule droite, il y absence de processus inflammatoire tel que démontré par la coloration uniforme au niveau de l'articulation et des structures adjacentes.

En conclusion

À la suite d'une blessure, un processus lié à l'inflammation s'enclenche en vue de favoriser la guérison et le retour normal aux fonctions.

Ce processus se caractérise par la présence d'un excès de chaleur, d’œdème, de rougeur et de diminution des mouvements. Bien que l'idée générale soit de réduire sa présence, il convient de préciser que l'inflammation est un processus normal et essentiel à la guérison.Celle-ci est favorisée par des médiateurs pro-inflammatoires, désignée comme des Cytokines. Ces petites protéines sont issues des cellules immunitaires, des fibroblastes et cellules de Schawnn.

La restauration des tissus est favorisée par l'activation des myofibroblastes, qui sont des fibroblastes en dormance et qui acquièrent des propriétés contractiles lors du processus inflammatoire. Le but est de restaurer la zone traumatisée en développant une forme de cicatrice au niveau cellulaire. Ces couches renouvelées d'éléments peuvent toutefois subir une trop grande régénération ; en excès, cela produit ce que nous appelons communément une cicatrisation excessive ou autrement appelée adhérences.

Plutôt que de chercher à camoufler ses effets négatifs, il est davantage pertinent de maximiser les impacts positifs que procurent l'inflammation afin de faciliter la guérison suivant une blessure.

Sources:

(1) Christidis, N., Ghafouri, B., Larsson, A., Palstam, A., Mannerkorpi, K., Bileviciute-Ljungar, I., … Ernberg, M. (2015). Comparison of the Levels of Pro-Inflammatory Cytokines Released in the Vastus Lateralis Muscle of Patients with Fibromyalgia and Healthy Controls during Contractions of the Quadriceps Muscle – A Microdialysis Study. PLoS ONE10(12), e0143856.

(2) Klingberg, F. , Hinz, B. and White, E. S. (2013), The myofibroblast matrix: implications for tissue repair and fibrosis. J. Pathol, 229: 298-309.

(3) Hertel, J. (1997). The Role of Nonsteroidal Anti-Inflammatory Drugs in the Treatment of Acute Soft Tissue Injuries. Journal of Athletic Training32(4), 350–358.